En dépit des apparences, je n'ai pas abandonné la couture, et pas non plus le blog. Ni mon troupeau de pingouins. Ni mes élèves - quoique, si,  depuis quinze jours on va dire que je les ai un peu laissés tomber. D'ac. D'ac....  

Mon problème, c'est juste que les journées sont trop courtes. Je serais assez favorable à une loi spéciale MDF, qui accorderait une rallonge d'heures par jour au prorata du nombre d'enfants et d'activités annexes. Faudrait que je pense à en parler au Grand Créateur un de ces quatre. J'en entends qui murmurent "limites " au fond. Taisez-vous je vous prie ! Idem, pour celui qui a prononcé le mot " choix" ... 

 Hem, journées de 36 heures donc. Parce que c'est ça ou dormir encore moins, et passer encore moins de temps à table... 

Tout ça pour me faire plaindre   dire que si je ne passe pas souvent par ici, j'arrive néamnoins à me préserver un peu de temps pour coudre je suis à plaindre , je vous dis  ... En vrac et pendant quelques jours, les réalisations de ces  anciens derniers temps. 

On commence avec les aubes ( non, dans le Nord le [O] n'est pas toujours ouvert ... )de nos servants-musiciens, tellement anciennes, qu'il a fallu les rallonger une seconde fois. Celle de Martin est définitivement trop petite, il va falloir que je songe sérieusement à lui coudre le modèle au-dessus. 

aube

  Gabardine blanche qui-ne-se-repasse-pas de la maison en tissu à Noyelles. 

Patron maison.