Si mes fils , les petits chameaux ,  n'apprécient pas toujours mes ouvres à leur juste valeur ( rho, je rigole hein !) , ce n'est pas le cas de mon filleul Camille, le fayot à sa marraine . Pour faire court, chaque fois que j'en ai l'occasion, je couds pour lui, il adore. 

Récemment donc , si je puis dire, Camille a fêté ses cinq ans. Avec son parrain, on s'est concertés pour lui cococter une petite panoplie parrain-marraine . Je ne sais pas qui a été le plus content, du filleul ou de nous deux. On s'est amusés comme des petits fous à mijoter notre surprise. 

 

Mais pourquoi  je cause de ça ici? Ben parce que quand j'ai cherché "costume de chevalier" sur internet, j'ai trouvé des mousquetaires,des princes,  des chevaliers de salon, mais d'homme vrai en armure, point. Or, on est bien d'accord - les vraies mamans de vrai garçons ne me contrediront pas - un chevalier qui se respecte ça porte une cotte de maille. 

La pénurie internétique en la matière m'a poussée à faire usage de mon cerveau. Outch !

Chsuis sympa, je partage le fruit de mes cogitations. 

 

D'abord, la matière : J'ai utilisé deux tissus : un faux grillage doré ( pas d'argenté. Désolée.  On va pas chipoter, un chevalier en or ça peut le faire quand même !), et une sorte de microfibre dorée que j'ai superposés.Bon c'est un peu chichitant à tailler et à  assembler.  Il faut beaucoup, beaucoup d'épingles. Et surtout on ne fait pas l'économie de l'aiguille de machine  ad hoc. Pour le fil, le noir fait très bien l'affaire. Et pour les coutures à la machine, un point spécial tissus à mailles qui associe le droit et le zig-zag  permet d'assembler solidement les pièces tout en les surfilant. Un peu comme un surjeteuse, sauf qu'il faut recouper les surplus à la main après. 

chavaliercamille__4_

Pour le patron : je voulais que ce soit solide et simple à enfiler. J'ai conjugué le principe de la tunique raglan et le col replié façon col roulé  des aubes de servants d'autel. chavaliercamille__13_

num_risation0023

Là où on se rend compte que  dans ma tête c'est le brodoul .. C'est plus facile à faire qu'à dire. Le col c'est l'espèce de triangle en bas à droite. Il faut le couper dans le biais du tissu, la longueur totale de la base du triangle étant égale à la circonférence de l'encolure . ( penser à ajouter le surplus de couture pour que ça tombe juste). 

Ensuite, fermer le col de façon à former une sorte de tube. Puis  le fixer avec des épingles sur l'encolure, envers du col sur endroit de la tunique. Le plus simple étant de glisser la tunique dans le col. Bâtir, puis piquer. 

Redresser le col, puis le replier à la façon d'un col roulé. La pointe est dans le dos. 

Mouais, pas si sûr qu'avec ces explications les ceusses qui voudraient coudre une cotte de maille soient sauvés. ... 

C'était la minute contributive de la So au joli monde de la blogo 

La cotte seule ne suffisant pas à faire un honorable chevalier, sur les conseils de Monsieur Pingouin, j'ai ajouté une paire de chausses ( patron relevé sur les bottes en caoutchouc des enfants ) , des collants marron ( oui, Cécile, marron caca) ( sans pieds , sinon ça fait fille ) une cape et une ceinture . 

 

Parrain a taillé et peint un bouclier et une vraie épée. 

Le fillot était ravi, mais il n'a pas voulu essayer les bottes .Ni les collants. 

P1090224